Libérez-vous de vos a priori ! Recettes vegans et gourmandes

Ma transition vers le végétalisme

Ne voyez dans cette présentation aucune attaque envers les personnes omnivores. Je ne peux que comprendre, ayant été moi-même une omnivore invétérée pendant plusieurs années :). Je souhaite simplement expliquer ma transition et illustrer le fait que cela peut se faire à tous les rythmes. Il ne s’agit pas pour moi de vous inciter à prendre votre temps mais à le faire à votre rythme. Si vous pouvez arrêter du jour au lendemain, je vous encourage évidemment dans ce sens ;).

Un premier pas timide vers le végétalisme

Pour ma part, il n’était pas envisageable de devenir un jour végétarienne – et encore moins donc végétalienne/vegan. Il était par contre indispensable de réduire ma consommation de produits d’origine animale. J’ai ainsi commencé doucement ma transition. D’abord pour réduire mon impact sur la planète, mais également afin de choisir des produits labellisés (soi-disant) garants du « bien-être animal ». Mon budget alloué à l’alimentation restant identique, en consommant moins de chair animale, je pouvais m’offrir des produits de meilleure qualité et labellisés.

Et puis… j’ai petit à petit ouvert les yeux et finit par faire une « overdose » de viande à un repas. Cela a été le déclencheur de ma véritable transition. J’ai compris au même moment que la viande heureuse n’existait pas, et encore moins la mort douce…

L’overdose, ou comment je suis devenue végétarienne

Soyons honnêtes. Je refusais de longue date de regarder les vidéos des abattoirs ou des méthodes d’élevage. Inconsciemment, je savais que ces vidéos montrant l’enfer vécu par les animaux me dégouteraient de la viande. J’étais trop attachée à mon morceau de viande, au plaisir qui en découlait, pour envisager de devoir stopper ma consommation. Puis, suite aux scandales successifs soulevés par L214, je ne pouvais et ne voulais plus fermer les yeux.

Mon séjour en Chine en mai 2016 a alors été l’électrochoc. Durant ce voyage, la consommation excessive de viandes et poissons a achevé de me dégoûter. J’ai commencé à ne plus voir la viande comme un simple aliment. Je la voyais comme ce qu’elle était réellement : un cadavre. Désormais, je ne voyais plus un morceau de viande, un parmi la masse, je me représentais l’individu.

J’entends d’ores et déjà les commentaires un peu hautains/un peu moqueurs. Mais c’est une réalité, ce n’est en rien de la niaiserie. Il s’agit pour moi de refaire le lien entre l’animal et la viande. Il faut stopper la dissonance cognitive inscrite dans nos habitudes alimentaires, qui conduit aux atrocités que nous faisons subir aux animaux, pour le simple goût d’un aliment. Le lien entre les produits d’origine animale et les animaux en eux-mêmes a été rompu. Cela amène à des surenchères de consommation, de production, d’élevages intensifs. Tout ceci est nocif pour les animaux, nocif pour l’environnement et finalement nocif pour nous-mêmes.

J’ai ainsi réalisé qu’entre les impacts environnementaux engendrés par l’élevage industriel sur notre planète et la souffrance animale, tant durant leur vie qu’au moment de leur mort, je ne pouvais décemment plus consommer de la chair animale. Il en allait de mes convictions profondes, de mon devoir moral. J’ai alors décidé de devenir végétarienne.

La quête d’informations ou ma transition vers le végétalisme

Mais hors de question pour moi de me lancer tête baissée dans cette nouvelle alimentation. Je voulais en maîtriser les tenants et les aboutissants, et comprendre comment adapter parfaitement mon régime alimentaire pour ne pas avoir de carences (faite un tour dans ma rubrique nutrition végétale pour combattre les idées reçues sur l’alimentation végétale 😉 ). Devenir végétarienne oui, mais pas au détriment de ma santé. Je tiens tout de suite à vous rassurer : OUI l’alimentation végétarienne est simple. MAIS, lorsque l’on passe d’un régime omnivore à un régime végétarien, on ne peut pas JUSTE se contenter de retirer la chair animale.

Je me suis alors mise en quête d’informations sur l’alimentation végétarienne et végétalienne. Malgré cela, il me semblait alors difficile de me passer de fromages, et la pâtisserie sans œuf/beurre/crème me paraissait impossible (on a tous le droit à l’erreur ;)). Au fil de mes lectures et visionnages, des arguments pour et contre l’alimentation végétale, j’ai découvert l’envers du décor de l’industrie des produits d’origine animale comme le lait ou les œufs.

Le choix du végétalisme

En fait, après ces différentes recherches, le végétalisme me semblait l’option la plus cohérente vis-à-vis des raisons qui m’avaient poussée à devenir végétarienne. Or, en consommant des produits laitiers, je continuais par exemple « d’entretenir » la filière de la viande. En effet, les vaches laitières finissent en steaks hachés. Du coup, cela n’était plus cohérent pour moi de continuer de consommer des produits d’origine animale.

C’est à ce moment que j’ai décidé de faire une deuxième transition pour devenir végétalienne au maximum. Au maximum ? Lorsque je mangeais chez moi j’étais totalement végétalienne. Cependant, lorsque je sortais chez des proches ou au restaurant, s’il n’existait pas d’alternative végétalienne, je continuais de me rabattre sur un choix végétarien.

Et depuis quelques mois, vegan à (presque) 100 %

Depuis quelques mois, je ne peux tout simplement plus. Ainsi, si aucune alternative 100% végétale ne m’est proposée, tant pis je saute le repas ou ne mange que du pain ! Je vous rassure tout de suite, pour être tout à fait honnête cela ne m’est jamais arrivé ! Pourquoi ce presque donc ? Parce que je ne mange plus rien d’animal et n’achète plus rien issu de l’exploitation animale ! Par contre il me reste encore des vêtements et accessoires en cuir/laine ou des produits de maquillage issus de grandes marques non vegan… Mais mon budget d’une part, et ma conscience écologique de l’autre, font que je ne les remplacerai qu’au fur et à mesure par des choses 100% cruelty-free.

Et puis il y a toutes les choses que je ne peux pas éviter car je ne suis pas au courant. Malheureusement les produits animaux sont cachés partout. Saviez-vous par exemple qu’il existe des colles à base de poisson utilisées dans l’industrie textile ou sur les étiquettes des vins ? Ou encore que certaines boissons sont filtrées à partir de vessies d’animaux ou autres choses peu ragoûtantes ? Bref, dans un monde bercé par l’exploitation animale, être à 100% vegan relève quasiment du miracle ! L’important est donc de faire de son mieux !

Pour en savoir plus

Je ne m’étendrai pas ici sur les arguments en faveur de l’alimentation végétale (voir le mode de vie vegan 😉 ). Je ferai une page dédiée à ce sujet, en attendant n’hésitez pas à aller faire un tour sur les pages de l’Association Végétarienne de France ou sur le site Vegan-pratique !