Libérez-vous de vos a priori !

Nutrition végétale

Nutrition végétale

Cette page présente des informations clés à connaître sur la nutrition végétale. Lorsque l’on adopte un régime alimentaire végéta*ien on ne peut pas simplement se contenter de retirer les produits d’origines animales. Ces derniers apportent une certaine « facilité » dans la composition d’un repas équilibré. Pourquoi ? Car nous avons appris depuis notre plus jeune âge à les introduire dans nos assiettes ! Du coup, on ne connaît pas forcément les alternatives et surtout on ne pense pas à les remplacer. Je vous rassure, la composition d’un repas végétal équilibré n’est pas difficile. Il s’agit tout simplement de comprendre comment amener cet équilibre dans votre assiette, et d’en prendre l’habitude.

Et la médecine, elle en pense quoi ?

Du bien. Les études montrent qu’un régime alimentaire végéta*ien adapté apporte tous les éléments nécessaires à une vie en pleine santé. Ce constat est vrai à toutes les étapes de la vie : aussi bien pour les nourrissons et enfants en pleine croissance que pour les femmes enceintes ou allaitantes, les grands sportifs ou les personnes âgées ! Mieux ? Plusieurs études et organismes (quelques exemples, ici, ici, ou ) montrent également que les régimes végéta*iens présentent des avantages dans la prévention et le traitement de certaines maladies. Au contraire, la consommation excessive de produits carnés, notamment transformés (comme le saucisson) augmente le risque de certains cancers (OMS).

Bref en comprenant un peu ce dont notre corps a besoin et comment le lui fournir, vous n’avez pas plus de risques de carence qu’avec un régime omnivore. Et mieux, en passant à un régime 100% végétal, vous allez bénéficier de tous les atouts santé des végétaux et éliminer les risques liés à la consommation de produits animaux. En effet, les végétaux ne contiennent par exemple pas de cholestérol et très peu de graisses saturées.

Les mythes liés à la nutrition

Il est amusant de constater que le risque de carences est une des questions récurrentes des personnes qui s’interrogent sur les régimes végétariens et a fortiori végétaliens. Pourtant, quand on y réfléchit c’est assez bizarre. En effet, personne avant cela ne s’inquiétait pour moi de mes carences éventuelles. Pour pousser le raisonnement jusqu’au bout on fait rarement la morale aux personnes qui ne consomment que peu ou pas de légumes ou qui surconsomment de la junkfood ou des produits industriels. Pourtant, pour ces deux dernières catégories les apports nutritifs sont plus que discutables. A la limite, on s’inquiète juste pour eux de leur surpoids éventuel.

Je me suis donc interrogé sur le pourquoi ? Après tout, cela a été aussi mon premier réflexe quand je suis devenue végétarienne : comment être sûre de ne pas avoir de carences ? Tout cela est lié à notre éducation. Depuis petit on nous dit de consommer nos 3 produits laitiers pour ne pas être carencés en calcium, de manger de la viande rouge pour le fer, et du poulet pour les protéines. Du coup il est tout à fait normal de penser qu’en retirant ces éléments des carences vont apparaître. Il s’agit donc de démanteler ces mythes inculqués depuis tout petit et apprendre comment trouver ce dont notre corps à besoin dans une alimentation 100% végétale.

Mythes : pourquoi parlé-je donc de mythes ? Avez-vous déjà réalisé que les populations asiatiques, par exemple, ne sont pas en carence de calcium alors qu’elles ne consomment que peu ou pas de produits laitiers ? Je vous conseille aussi l’excellent article du Canard Enchaîné sur le lobby de l’industrie laitière en France. Ils y expliquent pas exemple qu’une étude britannique a fait le compte de l’ensemble des fausses études publiées en 1 an en France par l’industrie agro-alimentaire pour pousser à la consommation de produits laitiers… L’article met également en avant le manque d’indépendance de nos grands instituts, tel que l’Anses, dans la production de rapports scientifiques objectifs, du fait qu’y siègent des anciens employés des plus grands groupes de l’agro-alimentaire par exemple.

Et ces informations nutritions alors ?

Bon revenons à nos moutons (c’est pas très vegan ça comme expression #privatejoke). Maintenant que je vous ai dit qu’en adaptant votre alimentation il n’y avait pas de risque d’avoir des carences (sauf bien sûr si votre corps ne sait pas assimiler de toute manière certains nutriments), voici quelques informations plus précises sur les nutriments présents dans votre assiette. Cliquez sur les différents liens ci-dessous pour en savoir plus sur chaque nutriment (articles en construction).

Et concrètement ?

Oui mais concrètement, comment je compose mon assiette ? Voici un article (en construction) avec quelques conseils. Bien entendu, ce n’est pas gravé dans le marbre. Je ne suis pas nutritionniste et en cas de doute n’hésitez pas à consulter un médecin nutritionniste, si possible spécialisé. Il faut adapter cette base à votre propre vécu, à votre condition physique, aux besoins de votre corps, etc. Car non, un homme de 40 ans de 85 kg et 1m90 ne doit pas manger comme une femme de 30 ans de 51 kg et 1m60 !